ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫ ߦߋߟߋ߲ ߓߘߊ߫ ߞߎ߲߬ߓߐ߫ ߣߊߟߌ߬ߡߎ߲߫ ߝߊ߬ ߞߊ߲߫ ߛߓߍ ߘߌ߫
NKO et Mondialisation
design by kantesoufi@yahoo.fr
2009 - 2011, nkoacademie. Edition et production. Droit de reproduction et diffusion reservés
Il faut le rappeler que l’alphabet N’KO a été crée le 14 avril 1949 à Binger ville (République de Côte d’Ivoire) par le Savant Guinéen Souleymane KANTE. , Le N’KO et la problématique de la mondialisation évoque plusieurs questionnements. En effet, nombreuses sont les questions que nombreuses personnes posent sur l’état du N’KO après la mort de son précurseur. Nous nous proposons d’illustrer ici quelques éléments de réponse. Mais avant de tenter une réponse à ces questions aussi pertinentes que d’actualité, je voudrais tout d’abord livrer quelques paroles prophétiques de Souleymane KANTE, inventeur de l’alphabet N’KO qui s’exprimait chaque fois en ces termes : « la prospérité du N’KO ne tient qu’à la mort de Souleymane KANTE, car le développement d’une œuvre digne de ce nom est postérieure à son auteur ». Souleymane KANTE, pendant ses 65 années de vie sur terre, s’est détourné de tout loisir et de toute activité à but lucratif pour se consacrer à l’Afrique. Et sa première consécration fut un 14 avril, celui de l’année 1949 date de l’invention de l’alphabet phonétique N’KO. Sa seconde consécration fut le jour où son premier fils Ibrahima KANTÉ lui fit relever des erreurs dans un de ses écrits en N’KO. Ce jour, il déclara : « je peux désormais mourir, car convaincu que plus jamais le N’KO ne mourra mais mieux, il n’ira que de succès en succès ». Il est alors tout à fait aisé de comprendre que les questions que nous nous posons maintenant ont eu leur réponse dix, quinze ou vingt ans avant même qu’elles ne soient posées. Toutefois, pour donner plus de motivations à ces réponses apportées par feu Souleymane KANTÉ à travers ses paroles prophétiques, mentionnons à présent certaines illustrations de l’expansion du N’KO dans un contexte de mondialisation. Aujourd’hui, avec le leadership de l’association ICRA-N’KO (Association pour l’Impulsion et la Coordination des Recherches sur le N’KO) en République de Guinée et ses représentations au Mali, Libéria, en Sierra Léone, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, en Mauritanie,... nombreuses sont des initiatives qui se mobilisent pour la promotion de l’Alphabet N’KO à travers des organisations non gouvernementales ou d’autres formes d’organisations de la société civile. De l’enseignement traditionnel, le soir dans les familles, le mode d’apprentissage du N’KO s’organise de plus en plus selon des programmes de mieux en mieux élaborés. A ce titre, on peut signaler l’ouverture d’écoles spécialisées d’apprentissage en N’KO dont la première a été celle de Toyinyoulen dans la préfecture de Siguiri. Elle fut suivie par celle de Kankan (Centre Elhadj Sidapha SANO). Le centre Cyr Mathieu SAMAKE de Siguiri dont la construction a été financée par le PNUD est aujourd’hui un élément de fierté pour les disciples de Souleymane KANTE. Le prix ISECO 2001 de lutte contre l’analphabétisme en Afrique Francophone a été arraché par l’association ICRA-N’KO. Ce prix récompense les meilleures initiatives en faveur de l’alphabétisation. Le constat est très élogieux de la prolifération d’initiatives en faveur du N’KO. Mais ce n’est pas tout, une autre avancée du N’KO, aura été le développement de logiciel pour l’informatisation des caractères de son alphabet. Ce qui permet à l’alphabet N’KO d’être au rendez-vous du siècle de l’information. Ainsi, nombreux sont des sites Web qui sont dédiés. Sur le plan de l’islam, le feu Roi Fahad Ben Abdoul Aziz a imprimé en 50 000 exemplaires, pour les locuteurs N’KO, le coran traduit par Souleymane KANTE. Le journal culturel de l’association ICRA N’KO:«SOMOYA SILA» (qui veut dire la voix de la civilisation) est un autre support à l’information qui mérite d’être cité. Ce mensuel culturel est membre fondateur du réseau des radios rurales et revues d’Afrique francophone. Un deuxième journal culturel, celui de l’association N’KO DUMBU (académie n’ko) est publié depuis juillet 2007, dénommé « Dumbu Dalu kindè » (qui veut dire, les raisons d’une académie N’KO) est tiré à plus d’un million d’exemplaire chaque mois. L’animation d’émissions radio télévisées sont des créneaux importants de vulgarisation de l’alphabet N’KO. En Guinée, les stations de radio de proximité apportent leur précieux concours. Toutefois, la République du Mali, assure le leadership dans ce contexte. En effet, depuis 11 ans les locuteurs N’KO disposent d’une émission sur la chaîne nationale. La deuxième chaîne accorde un temps d’antenne de deux heures par semaine. Sur les antennes de la télévision du mali, l’émission N’KO est bimensuelle. Des émissions sont faites dans quarante stations privées. Le trentième anniversaire de la faculté des langues de l’université du Caire a été l’occasion de la tenue d’un séminaire sur les langues africaines. L’association ICRA-N’KO a pris part à ce séminaire. La décision majeure qui en était sortie était l’introduction, pour l’année universitaire 2002-2003, de l’enseignement du N’KO comme quatrième langue africaine enseignée à l’université du Caire. Les trois premières qui y sont enseignées sont : le Haoussa, le souwahili et le amouhara. Ce modeste bilan serait incomplet s’il ne prenait en compte l’audience grandissante dont jouit le N’KO de nos jours auprès des organisations scientifiques nationales, internationales et des universités étrangères dont celles américaines et françaises. Pour en revenir à l’éducation formelle, nous serions tout à fait incomplet, si nous ne faisons pas un lien entre l’alphabet N’KO et la Pédagogie convergente. Que de chemin parcouru, mais, loin de nous l’ambition de tomber dans l’autosatisfaction, nous sommes convaincus que d’autres étapes nous interpellent. Dans cette voie, nous avons conscience de la ferme détermination des disciples de Souleymane KANTE à toujours aller de l’avant. Conclusion Toutefois, il n’y a aucun doute que l’alphabet N’KO, mieux que tout autre alphabet, a déjà réussi à relever les principaux défis de la transcription de langues africaines. Une grammaire définissant l’ensemble des règles phonétiques, morphologiques et syntaxiques est élaborée. Baba DIANE ICRA -NKO ( Association pour l'Impulsion et la Coordiantion des Recherches sur le NKO)